Image
/sites/default/files/styles/thumbnail/public/pictures/2020-01/ideolegis_Distant%20Artboard.jpg?itok=djl6-HXm
Description

IdeoLegis s'appuie sur une dizaine d'intervenants pour réaliser des articles et des notices pédagogiques à titre ponctuel.

Surname
IdeoLegis
Name
STAFF
Twitter
IdeoLegis
Twitter Embed
Off
Is law professional
Off
specializations
Soumis par IdeoLegis le jeu 01/10/2020 - 07:01
Finance de marché
Trading
Droit des marchés financiers

L’accaparement d’un marché est une stratégie économique visant à acquérir l’intégralité ou l’essentiel d’une catégorie de ressources ou de biens constituant un marché afin de provoquer sa raréfaction et une hausse des prix. 

L’expression vient de l’anglais « cornering the market » ( « acculer dans un coin » ou « coincer ») qui renvoie à la manipulation d’un marché par le contrôle de l’offre (supply) et des ventes (sales) afin de créer artificiellement une situation de pénurie dans un secteur et de revendre ensuite les biens à des prix très élevés. 

Outre un enrichissement immédiat, l’enjeu pour les accapareurs est d’écarter tous les acteurs adoptant une position vendeuse sur un titre ou une matière première donnée en les contraignant à racheter leur position vendeuse pour limiter les pertes occasionnées par cette entrée parfois soudaine et massive de flux acheteurs. 

Si l’opération est réalisée avec succès, le ou les participants peuvent être amenés à contrôler la majorité des actifs envisagés, sans pour autant être en situation de monopole. 

Toutefois, l’opération d’accaparement n’est pas une prise de position naturelle mais bien artificielle. Les actifs et leurs éventuels dérivés sont achetés « à tout prix », exposant alors les participants à un risque de marché important. 

On parle parfois aussi de squeeze (« presser ») ou de « squeeze-out », bien qu’il s’agisse d’une notion périphérique, sensiblement distincte. « Squeeze-out » peut en outre renvoyer à un concept juridique plus précis, c’est à dire la procédure qui vise à contraindre les derniers actionnaires minoritaires à céder leurs actions dans le cadre d’une offre publique d’achat.